L’analyse graphique : art ou science ?

    analyse graphique

    1. Qu’est-ce que l’analyse graphique?

    Avant d’aller dans les détails, d’établir telle ou telle stratégie, il est nécessaire de revenir sur les tenants et les aboutissants de l’analyse graphique, de son origine, des critiques émises à son égard et de sa place dans le monde financier actuel. En effet, pour une application précise et efficiente de l’analyse graphique, il est important de comprendre sa philosophie. D’ailleurs, la vidéo suivante vous apprend les habitudes d’un Trader à succès. Pour la visionner, cliquez ici.

    L’analyse graphique a commencé à être utilisée au XVIIe siècle par les japonais pour prévoir l’évolution des cours du riz. Munehisa HOMMA, considéré comme étant le « dieu des marchés », s’est rendu compte que la psychologie et les émotions avaient un certain impact sur les marchés. Les prix des récoltes pouvaient avoir des valeurs bien différentes en fonction de la perception de ces récoltes par les intervenants. Cet homme aurait été l’auteur des représentations graphiques en chandeliers japonais, technique qui sera popularisée par Steve NISON suite à un voyage professionnel au Japon à la fin des années 1990, dans son livre intitulé Japanese Candlesticks Charting Techniques.

    A la fin du XIXe siècle, de grandes théories font leur apparition, notamment la théorie de Charles DOW, considéré comme étant le « père » de l’analyse technique. Il a véritablement posé les bases de cette discipline, notamment au travers de ses nombreux articles publiés dans le Wall Street Journal. Robert RHEA révèlera au grand public une formalisation claire de la théorie de DOW en 1932.

    2. Objectif de l’analyse graphique

    L’analyse graphique a pour objectif de prévoir et d’anticiper l’évolution d’un marché sur la base de l’analyse d’un graphique. Il permet plus précisément d’anticiper les tendances futures des cours boursiers. L’analyste dispose pour cela essentiellement des prix et des volumes, mais aussi des plus hauts et les plus bas des séances avec les cours d’ouverture et de clôture en fonction du type de graphique utilisé (ligne continue, bar chart ou chandelier japonais).

    D’abord, l’analyse de l’évolution du marché peut porter sur toute classe d’actifs : actions, indices, matières premières, devises, taux, mais également aux contrats à terme, options, etc. Ensuite, l’analyse du marché sur la base d’un graphique comporte deux aspects : l’analyse graphique chartiste et l’analyse graphique statistique. Si le premier concerne la représentation de différentes configurations graphiques (figures en épaules-tête-épaule, triangles, drapeau, biseau, double-top, etc.), le second s’attache davantage à utiliser les indicateurs techniques qui bénéficient d’un certain aspect scientifique, et ce, notamment grâce à l’avènement des nouvelles technologies (systèmes de trading, méthodes de filtrage, oscillateurs, etc.). Enfin, prévoir les cours constitue la vocation même de l’analyse graphique. C’est une méthode qui s’attache davantage à ce qui va se passer qu’à ce qui s’est produit dans le passé, même si l’historique conserve toute son importance. En effet, c’est à partir de ce qui s’est produit que l’analyste technique peut en prédire le futur.

    Les capacités prédictives offertes par l’analyse graphique peuvent avoir un impact beaucoup plus important que l’on ne peut imaginer. Il est par exemple possible d’effectuer des prévisions sur l’économie. Par exemple, prévoir l’évolution du prix des matières premières permet de s’attendre à une inflation plus ou moins forte. Une anticipation de baisse de prix des matières premières annonce un ralentissement de l’économie, ainsi qu’une diminution de l’inflation.

    Le suivi des devises ou autres actifs sur les marchés à terme (futures) donne parfois des indications étonnantes, de par sa similarité avec les marchés au comptant. Il peut donc être très utile de suivre de près ces marchés à terme qui donnent assez souvent des indications assez précises de ce qui va se passer dans la réalité.

    La grande force de l’analyse graphique est qu’elle permet d’étudier toute classe d’actifs. A l’inverse de l’analyste fondamentale qui doit se spécialiser sur un secteur en particulier avec un certain nombre de titres (pour bien connaitre les fondamentaux des sociétés qu’il analyse, il doit faire la part des choses), l’analyste technique peut effectuer des analyses sur les actions, les taux, les matières premières, les devises, dès lors qu’il a à sa disposition l’historique des cours (avec les volumes, etc.).

    3. Est-ce donc vraiment un art ?

    Il ne serait pas injuste de dire que l’analyse graphique relève de l’art, étant donné la part importante de subjectivité qui biaise l’interprétation d’un même graphique d’un analyste à un autre. En effet, tous les analystes agissent et pensent de manière différente. Et même si, la plupart des analystes se rejoignent sur telle ou telle prévision, ils n’interviendront pas sur le marché de la même manière et au même moment. Par exemple, certains intervenants achèteront à la cassure d’une résistance alors que d’autres attendront un pull-back avant d’entrer sur le marché. Le profil des intervenants est différent : certains interviennent à court terme, d’autres à plus long terme, certains sont opportunistes, d’autres plus agressifs. Mais par-dessus tout, il est important de garder à l’esprit que l’évolution des cours est régie par la loi de l’offre et de la demande. Il est quasiment impossible par l’analyse graphique de provoquer des mouvements de masse (manipulation de cours). Pour cause, si les analystes techniques avaient la possibilité de le faire, ils auraient déjà été très riches. Pour le moment, il apparaît plus juste de dire que l’analyse graphique relève de l’art plutôt que de la science.

    Cependant, certaines critiques sont émises à l’égard de cette méthode d’analyse, parmi lesquelles la prophétie auto-réalisatrice et la théorie de la marche aléatoire appelée The Random Walk Theory.

    4. Prophétie auto-réalisatrice de l’analyse graphique

    La théorie de la marche aléatoire repose sur l’Hypothèse d’Efficience des Marchés (Eugene FAMA) selon lequel le marché prend tout en compte. Dès lors, les mouvements des cours sont totalement erratiques et il est impossible de prévoir ce qui va se passer. La meilleure solution consisterait à acheter et conserver (Buy and hold) car il est impossible de battre le marché. Cette part aléatoire des fluctuations des cours n’est pas négligée par l’analyse graphique, mais souligne qu’il n’est pas réaliste que les cours suivent un processus totalement aléatoire. En effet, comment peut-on expliquer les bonnes performances réalisées par les intervenants utilisant des stratégies trend-following ? Comment peut-on identifier d’un coup d’œil, si un marché est haussier ou baissier. Il serait difficile pour les partisans de la marche aléatoire de démontrer que le graphique ci-dessous (voir Graphique 1) n’a pas de réelles tendances identifiées.

    analyse graphique
    Graphique 1 : Graphique hebdomadaire de l’indice Dow Jones.

    Si les marchés étaient réellement totalement aléatoires, il ne serait pas possible d’établir des stratégies de prévision. Les fluctuations peuvent paraître totalement aléatoires pour des personnes non averties. Ce hasard semblera prendre de moins en moins de place au fur et à mesure que cette personne acquerra des connaissances d’analyse graphique et graphique.

    Le lecteur de cet article est par conséquent sur la bonne voie pour améliorer sa compréhension ainsi que sa lecture graphique et plus particulièrement dans le domaine des décompositions en vagues.

    L’analyse graphique est une discipline qui repose sur plusieurs principes sans équivoques et qu’il convient de respecter, ou du moins, de prendre en compte lorsque l’on souhaite développer ses stratégies.

    Cet article est complémentaire à cet autre article, consultez le dès maintenant pour compléter ces informations.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *