Les découvertes de Charles DOW sur les marchés financiers

marchés financiers

1. Les marchés financiers escomptent tout

L’un des premiers principes de Charles Dow, qui constitue également l’un des trois principes de base de l’analyse technique, énonce que les marchés financiers escomptent toute l’information disponible. Il prend donc pour hypothèse l’efficience des marchés financiers car les cours reflètent les nouvelles, les émotions mais également les anticipations de tous les intervenants du marché. Même s’il ne peut prévoir des événements comme les tremblements de terre et autres catastrophes naturelles, le marchés financiers intègrent très rapidement les informations qui viennent impactent le prix des actions. Le marché a en conséquence toujours raison.

2. Les marchés financiers connaissent trois types de tendances

Charles DOW défini également trois types de tendances. Avant de développer ces tendances, il convient de savoir ce qu’est une tendance au sens de C. DOW. Une tendance haussière est formée par des sommets et des creux de plus en plus haut. A l’inverse, une tendance baissière sera constituée de sommets et de creux de plus en plus bas.

Voici ci-dessous une tendance haussière :

évolution marchés financiers

A l’inverse, une tendance baissière ressemblera plutôt à :

tendances des marchés financiers

Si une tendance ne respecte pas ce principe, la trajectoire des cours est supposée remise en cause (essoufflement de la tendance). Il est possible d’illustrer cela avec les failure swing top (sommet inférieur au précédent dans une tendance haussière) et failure swing bottom (creux supérieur au précédent dans une tendance baissière).

A partir de cette définition selon laquelle les variations de cours déterminent la tendance, il est possible d’identifier les trois tendances majeures. La première tendance est appelée « tendance primaire » car elle constitue le mouvement majeur des cours. Ce mouvement est entrecoupé d’autres mouvements appelés « tendance secondaire » car il s’agit de mouvements intermédiaires. Enfin, de la même façon, ces mouvements intermédiaires sont ponctués des mouvements mineurs que l’on appelle « tendance tertiaire ». Ces trois tendances sont représentées sur le schéma ci-dessous.

types de tendances des marchés financiers

Ce schéma montre bien une tendance haussière majeure. Cette tendance se dessine généralement lors d’une reprise de confiance des intervenants sur les marchés financiers. Il reflète généralement une bonne santé de l’économie, avec de bons résultats de la part des entreprises et une bonne activité économique en général. Cette tendance générale est ponctuée de phases de correction qui résultent de comportements euphoriques, avec une forme de spéculation et de prises de décision hasardeuses.

A l’inverse, des marchés financiers baissiers naîtront d’anticipations négatives sur l’économie. L’état de l’économie est ponctué de résultats décevants de certaines entreprises. S’ensuit alors une période de sell off, autrement dit de vente massive d’actions d’entreprises dont les intervenants anticipent une poursuite du déclin. Ce mouvement baissier majeur sera également ponctué de nouvelles économiques positives et de certaines entreprises qui publient de bons résultats.

C. DOW compare ces trois mouvements à des marées, des vagues et des ondulations de la mer. La tendance primaire correspondant à la marée, la tendance secondaire représente les vagues qui constituent la marée et enfin la tendance tertiaire agit comme des ondulations sur les vagues. Il est possible de déterminer la direction de la marée, à savoir si elle est en train de monter ou si elle est en train de descendre. Pour cela il faut observer le plus haut point atteint par les vagues successives sur le sable. Si la prochaine vague atteint un point supérieur à celui effectué par la précédente vague, la marée est montante.

A contrario, si la prochaine vague atteint un point inférieur à celui de la précédente vague, la marée est descendante.
Cependant, C. DOW admet une différence avec la mer. Si la marée ne dure que quelques heures, le mouvement des marchés financiers qui correspondent à la marée peut durer jusqu’à une année, voire plus. La tendance secondaire dure en général entre trois semaines et trois mois. Ce mouvement retrace bien souvent entre un-tiers et deux-tiers du mouvement précédent. Enfin, la tendance mineure ne dure que quelques jours et dure bien souvent moins de trois semaines.

3. Chaque tendance est constituée de trois phases

Autre principe important développé par C. DOW : le cycle d’Accumulation et de Distribution, entrecoupé d’une phase de participation du public. Lorsque le marché évolue dans un trading range, il peut être soit dans une phase d’accumulation, soit dans une phase de distribution. Pour savoir s’il s’agit d’une phase d’accumulation ou d’ une phase de distribution, il faut surveiller la sortie du range.
Si elle se fait par le haut, c’est qu’il s’agissait d’une phase d’accumulation où les acheteurs sont nombreux et prennent la main sur les vendeurs. Ces acheteurs sont qualifiés d’ « astucieux ». Ils « accumulent » leurs positions. C’est une phase où la diffusion de l’information est très faible et quasiment indisponible au grand public.

Au contraire, si la sortie s’effectue par le bas, il s’agit d’une phase de distribution où la pression des vendeurs est assez forte pour contrer le mouvement des acheteurs. La phase de distribution arrive lorsque pratiquement toutes les nouvelles positives sont largement diffusées, dans les médias et les journaux, de sorte que le public intervient en masse (avec des volumes forts). Les « astucieux » comprennent que les marchés financiers deviennent hautement spéculatifs et en profitent pour liquider leurs positions. Ils « distribuent » leurs positions.

Entre ces phases, il y a la phase de participation des professionnels et du public averti. Cette phase correspond à une période où les trend-followers entrent en position, où l’économie s’améliore et où les anticipations sur les prix sont positives. C’est une phase où l’information devient un peu plus consistante, de sorte à pouvoir être analysée par des professionnels et des investisseurs initiés. Ce cycle d’accumulation et distribution peut être représenté de la manière suivante.

Phases de trading

La théorie des vagues d’Elliott considère bien l’existence de trois phases distinctes dans une tendance haussière. La première phase (accumulation) correspond à la phase d’impulsion dans une tendance haussière (vague 1), l’entrée des professionnels correspond à la vague 3 (vague très dynamique) et la phase de distribution correspond à la vague 5.

4. Le volume doit confirmer la tendance

Le volume n’est pas aussi important que les prix, mais constitue un facteur majeur à prendre en compte pour mieux comprendre la psychologie des marchés financiers et agir en conséquence. En règle générale, les volumes doivent évoluer dans le même sens que la tendance. Ainsi, une tendance haussière doit s’accompagner de volumes croissants et une tendance baissière doit voir ses volumes diminuer. En effet, s’il y a des acheteurs qui soutiennent les marchés financiers, les cours évoluent à la hausse et s’il n’y a pas d’intervenants ou peu, les cours ne peuvent plus grimper. Cependant, force est de constater qu’il arrive qu’une tendance baissière soit accompagnée de forts volumes. Ceci s’explique par une vente massive des actifs en question (beaucoup de vendeurs). Il convient alors d’être très attentif.

Il est possible de tracer des lignes de tendances sur les volumes afin de les comparer directement aux cours. Une divergence baissière sera constituée lorsque l’on observe une hausse des cours et dans le même temps une baisse des volumes. Il faut dans ce cas rester très vigilant car ces volumes annoncent un retournement probable. Dans le cas contraire, où l’on observe une divergence haussière sur les volumes, il faudra redoubler de vigilance. En effet, comme explique plus haut, les forts volumes peuvent refléter une forte présence de vendeurs. Quoiqu’il en soit, l’analyse du marché dans son ensemble doit toujours être privilégiée.

Le volume doit réellement être considéré comme un indicateur de confirmation (voir graphique).

graphique des marchés financiers
Graphique hebdomadaire du CAC 40. Fin 1998, on constate des pics de volumes lors de la baisse brutale des cours. Ensuite, la tendance haussière s’est reprise et s’est confirmée par un très fort pic de volumes début 1999.

Dès lors, si l’on assiste à une hausse du cours d’un titre accompagnée de faibles volumes et à plus forte raison des volumes en baisses (divergence), on peut s’attendre à un essoufflement du mouvement à la hausse. Les volumes sont par conséquent aussi très utilisés pour confirmer les configurations graphiques. Par exemple, les intervenants qui aperçoivent la formation d’une figure en double-top attendront la confirmation par une cassure de la ligne de cou en surveillant les volumes. A la cassure, les volumes doivent être élevés : plus ils sont forts, plus ils sont significatifs et donc à prendre en compte puisqu’il confirme bien la force psychologique présente dans la formation de la figure (voir graphique).

graphique analyse technique
Graphique journalier du titre BMC SOFTWARE INC. De mai à fin juillet, on aperçoit bien une configuration graphique en double-top. L’importance du volume, qui a pratiquement triplé par rapport aux volumes des sept premiers mois de l’année 2011 lors de la cassure de la ligne de cou début août, confirme bien l’existence de la figure et constitue un réel signal pour entrer en position.

Cette ligne de cou a constitué un réel seuil psychologique. Dès lors que les cours parviennent à la franchir, le titre subit un sell off et l’objectif de cours fixé sur cette figure a été largement atteint.

Ces principes de bases établis par C. DOW doivent être pris en compte par tous les intervenants qui se destinent à être de véritables techniciens sur les marchés financiers, ou du moins, à durer sur les marchés. D’autres découvertes ont été réalisées, notamment sur un plan plus scientifique, avec les travaux de L. FIBONACCI.

Consultez maintenant notre article précédent sur les biais psychologiques en trading.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *