Quelles sont les composantes d’une prime de risque ?

    prime de risque

    La prime de risque est le rendement excédentaire par rapport au taux sans risque que les investisseurs exigent en compensation de la plus grande incertitude associée aux actifs risqués. Les cinq principaux risques qui composent la prime de risque sont le risque commercial, le risque financier, le risque de liquidité, le risque de change et le risque lié au pays. Ces cinq facteurs de risque ont tous le potentiel de nuire aux rendements et, par conséquent, les investisseurs doivent recevoir une compensation adéquate pour les assumer.

     

    1. Prime de risque commercial

    La prime de risque commercial est le risque associé à l’incertitude des flux de trésorerie futurs d’une entreprise, qui sont affectés par les activités de l’entreprise et l’environnement dans lequel elle opère. C’est la variation des flux de trésorerie d’une période à l’autre qui provoque une plus grande incertitude et entraîne la nécessité d’une plus grande prime de risque pour les investisseurs. Par exemple, les entreprises qui ont un long historique de flux de trésorerie stables nécessitent une moindre compensation pour le risque commercial que les entreprises dont les flux de trésorerie varient d’un trimestre à l’autre, comme les entreprises technologiques. Plus les flux de trésorerie d’une entreprise sont volatils, plus elle doit indemniser les investisseurs.

     

    2. Risque financier

    Le risque financier est le risque associé à la capacité d’une entreprise à gérer le financement de ses opérations. Essentiellement, le risque financier correspond à la capacité de l’entreprise à rembourser ses dettes. Plus les obligations d’une entreprise sont nombreuses, plus le risque financier est élevé et plus les investisseurs doivent être indemnisés. Les entreprises financées par des fonds propres ne courent aucun risque financier, car elles n’ont pas de dettes et donc pas d’obligations. Les entreprises s’endettent pour augmenter leur levier financier ; l’utilisation de fonds extérieurs pour financer les opérations est intéressante en raison de son faible coût.

    Plus l’effet de levier financier est important, plus la probabilité que l’entreprise soit incapable de rembourser ses dettes est grande, ce qui entraîne un préjudice financier pour les investisseurs. Plus l’effet de levier financier est élevé, plus les investisseurs de l’entreprise doivent être rémunérés.

     

    3. Prime de risque de liquidité

    La prime de risque de liquidité est le risque associé à l’incertitude de sortir d’un investissement, tant en termes de rapidité que de coût. La capacité de sortir d’un investissement rapidement et à un coût minimal dépend largement du type de titre détenu. Par exemple, il est très facile de vendre une action de premier ordre, car des millions d’actions sont échangées chaque jour et l’écart entre les cours acheteur et vendeur est minime. En revanche, les actions de petite capitalisation ont tendance à ne se négocier qu’en milliers d’actions et l’écart entre les cours acheteur et vendeur peut atteindre 2 %. Plus le temps nécessaire pour sortir d’une position est long ou plus le coût de la vente de la position est élevé, plus les investisseurs auront besoin d’une prime de risque.

     

    4. Risque de taux de change

    Le risque de change est le risque associé aux investissements libellés dans une devise autre que la devise nationale de l’investisseur. Par exemple, un Américain détenant un investissement libellé en dollars canadiens est soumis au risque de taux de change. Plus le montant historique de la variation entre les deux monnaies est important, plus le montant de la compensation demandée par les investisseurs sera élevé. Les placements entre des monnaies qui sont liées l’une à l’autre présentent peu ou pas de risque de change, tandis que les monnaies qui ont tendance à fluctuer beaucoup exigent une compensation plus importante.

     

    5. Prime de risque spécifique au pays

    La prime de risque spécifique au pays est le risque associé à l’incertitude politique et économique du pays étranger dans lequel un investissement est réalisé. Ces risques peuvent inclure des changements politiques majeurs, des gouvernements renversés, des effondrements économiques et des guerres. Des pays comme les États-Unis et le Canada sont considérés comme présentant un risque spécifique très faible en raison de leur nature relativement stable. D’autres pays, comme la Russie, sont considérés comme présentant un risque plus élevé pour les investisseurs. Plus le risque spécifique au pays est élevé, plus la prime de risque exigée par les investisseurs est importante.

     

    6. Conclusion

    Une fois ces risques pris en compte, il faut les utiliser à votre avantage pour investir et gagner de l’argent avec les actions.