Qu’est-ce qu’un appel de marge ?

    appel de marge

    Un appel de marge se produit lorsque la valeur du compte sur marge d’un investisseur tombe en dessous du montant requis par le courtier. Le compte sur marge d’un investisseur contient des titres achetés avec de l’argent emprunté (généralement une combinaison de l’argent personnel de l’investisseur et de l’argent emprunté au courtier de l’investisseur).

    Un appel de marge désigne spécifiquement la demande d’un courtier à un investisseur de déposer de l’argent ou des titres supplémentaires sur le compte afin de le porter à la valeur minimale, appelée marge de maintien.

    Un appel de marge est généralement un indicateur qu’un ou plusieurs des titres détenus sur le compte sur marge ont perdu de leur valeur. Lorsqu’un appel de marge se produit, l’investisseur doit choisir soit de déposer des fonds ou des titres supplémentaires sur le compte, soit de vendre certains des actifs détenus sur son compte.

     

    1. Comprendre les appels de marge

    Lorsqu’un investisseur paie pour acheter et vendre des titres en utilisant une combinaison de ses propres fonds et de l’argent emprunté à un courtier, on parle d’achat sur marge. La participation de l’investisseur dans l’investissement est égale à la valeur marchande des titres, moins le montant des fonds empruntés à son courtier.

    Un appel de marge est déclenché lorsque les capitaux propres de l’investisseur, en pourcentage de la valeur marchande totale des titres, tombent en dessous d’un certain pourcentage requis (appelé marge de maintien). Si l’investisseur n’a pas les moyens de payer le montant nécessaire pour porter la valeur de son portefeuille au niveau de la marge de maintien du compte, le courtier peut être contraint de liquider les titres du compte sur le marché.

    La Bourse de New York (NYSE) et la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA) – l’organisme de réglementation de la majorité des sociétés de valeurs mobilières opérant aux États-Unis – exigent toutes deux que les investisseurs conservent au moins 25 % de la valeur totale de leurs titres en tant que marge. Certaines sociétés de courtage exigent un maintien plus élevé – jusqu’à 30 ou 40 %.

    Évidemment, les chiffres et les prix des appels de marge dépendent du pourcentage de maintien de la marge et des actions concernées.

     

    2. Exemple de réponse à un appel de marge

    Dans la plupart des cas, un investisseur peut calculer le prix exact auquel une action doit descendre pour déclencher un appel de marge. En principe, l’appel se produit lorsque la valeur du compte, ou les capitaux propres du compte, sont égaux à la marge de maintien requise (MMR). La formule s’exprime comme suit :

    Valeur du compte = (prêt sur marge) / (1 – MMR)

    Par exemple, supposons qu’un investisseur ouvre un compte sur marge avec 5 000 € de son propre argent et 5 000 € empruntés à sa société de courtage sous forme de prêt sur marge. Il achète 200 actions sur marge au prix de 50 €. (En vertu du règlement T, une disposition qui régit le montant du crédit que les sociétés de courtage et les courtiers peuvent accorder aux clients pour l’achat de titres, un investisseur peut emprunter jusqu’à 50 % du prix d’achat). Supposons que l’exigence de marge de maintien du courtier de cet investisseur soit de 30 %.

    Le compte de l’investisseur contient 10 000 € d’actions. Dans cet exemple, un appel de marge sera déclenché lorsque la valeur du compte tombera en dessous de 7 142,86 € (c’est-à-dire un prêt sur marge de 5 000 € / (1 – 0,30), ce qui équivaut à un cours de 35,71 € par action.

    En reprenant l’exemple ci-dessus, disons que le prix de l’action de cet investisseur passe de 50 € à 35 €. Son compte vaut maintenant 7 000 €, ce qui signifie que ses capitaux propres ne sont plus que de 2 000 € (c’est-à-dire 7 000 € moins le prêt sur marge de 5 000 €). Cependant, les capitaux propres du compte de 2 000 € sont maintenant inférieurs au MMR de 2 100 € (c’est-à-dire 7 000 € x 30 %). Cela déclenchera un appel de marge de 100 € (ou 2 100 € – 2 000 €).

    Dans ce scénario, l’investisseur a trois possibilités pour corriger l’insuffisance de marge de 100 € :

    • Déposer 100 € en espèces dans le compte sur marge.
    • Déposer des titres sur marge d’une valeur de 142,86 € dans son compte sur marge, ce qui ramènera la valeur de son compte à 7 142,86 €. Pourquoi le montant des titres admissibles (142,86 €) est-il plus élevé que le montant en espèces (100 €) requis pour corriger l’insuffisance de marge ? Parce que la valeur des titres fluctue ; par conséquent, alors que 100 % du montant en espèces peut être utilisé pour corriger l’insuffisance de marge, seulement 70 % (c.-à-d. 100 % moins 30 % MMR) de la valeur des titres pouvant faire l’objet d’une marge peuvent être utilisés à cette fin.
    • Liquider des actions d’une valeur de 333,33 €, en utilisant le produit pour réduire le prêt sur marge ; au cours actuel du marché de 35 €, cela représente 9,52 actions, arrondi à 10 actions.

    Si un appel de marge n’est pas respecté, le courtier peut liquider toutes les positions ouvertes pour ramener le compte à la valeur minimale. Il peut être en mesure de le faire sans l’approbation de l’investisseur. Cela signifie que le courtier a le droit de vendre toutes les actions qu’il détient, dans les quantités requises, sans en informer l’investisseur. En outre, le courtier peut également facturer à l’investisseur une commission sur cette ou ces transactions. L’investisseur est tenu responsable de toute perte subie au cours de ce processus.

    La meilleure façon pour un investisseur d’éviter les appels de marge est d’utiliser des ordres stop pour limiter les pertes de toute position en actions, en plus de conserver suffisamment de liquidités et de titres sur le compte.

     

    3. Exemple d’un appel de marge

    Supposons qu’un investisseur achète 100 000 € d’actions XYZ en utilisant 50 000 € de ses propres fonds. L’investisseur emprunte les 50 000 € restants à son courtier. Le courtier de l’investisseur a une marge de maintien de 25 %. Au moment de l’achat, le pourcentage de fonds propres de l’investisseur est de 50 %. Les capitaux propres de l’investisseur sont calculés à l’aide de la formule suivante :

    Capitaux propres de l’investisseur en pourcentage = (valeur marchande des titres – fonds empruntés) / valeur marchande des titres.

    Donc, dans notre exemple : (100 000 € – 50 000 €) / (100 000 €) = 50%.

    Ce chiffre est supérieur à la marge de maintien de 25 %. Supposons que deux semaines plus tard, la valeur marchande des titres achetés tombe à 60 000 €. Les capitaux propres de l’investisseur tombent alors à 10 000 €. (La valeur marchande de 60 000 € moins les fonds empruntés de 50 000 €, soit 16,67 % : 60 000 € – 50 000 €/ 60 000 €)

    Ce chiffre est maintenant inférieur à la marge de maintien de 25 %. Le courtier lance un appel de marge et demande à l’investisseur de déposer au moins 5 000 € pour respecter la marge de maintien. Le courtier exige que l’investisseur dépose 5 000 € parce que le montant requis pour respecter la marge de maintien est calculé comme suit :

    Montant pour satisfaire à la marge de maintien minimale = (valeur marchande des titres × marge de maintien) – capitaux propres de l’investisseur.

    L’investisseur a donc besoin d’au moins 15 000 € de capitaux propres – la valeur marchande des titres de 60 000 € multipliée par la marge de maintien de 25 % – dans son compte pour être admissible à la marge. Mais il ne dispose que de 10 000 € de capitaux propres, ce qui entraîne une insuffisance de 5 000 € : (60 000 €× 25%) – 10 000 €.

     

    4. Est-il risqué de négocier des actions sur marge ?

    Il est certainement plus risqué de négocier des actions sur marge que d’acheter des actions sans marge. En effet, la négociation d’actions sur marge revient à utiliser l’effet de levier ou la dette, et les opérations avec effet de levier sont plus risquées que les opérations sans effet de levier. Le plus grand risque de la négociation sur marge est que les investisseurs peuvent perdre plus que ce qu’ils ont investi.

    5. Comment répondre à un appel de marge ?

    Un appel de marge est émis par le courtier lorsqu’il y a une insuffisance de marge sur le compte de marge du négociant. Pour remédier à une insuffisance de marge, le négociant doit soit déposer des espèces ou des titres sur marge sur le compte sur marge, soit liquider certains titres sur le compte sur marge pour rembourser une partie du prêt sur marge.

     

    6. Un négociant peut-il retarder la satisfaction d’un appel de marge ?

    Un appel de marge doit être satisfait immédiatement et sans délai. Bien que certains courtiers puissent vous donner deux à cinq jours pour répondre à l’appel de marge, les petits caractères d’un contrat de compte sur marge standard stipulent généralement que pour répondre à un appel de marge en cours, le courtier a le droit de liquider tout ou partie des titres ou autres actifs détenus dans le compte sur marge, à sa discrétion et sans préavis au négociant.4 Pour éviter une telle liquidation forcée, il est préférable de répondre à un appel de marge et de corriger l’insuffisance de marge rapidement.

     

    7. Comment puis-je gérer les risques associés à la négociation sur marge ?

    Les mesures permettant de gérer les risques associés à la négociation sur marge comprennent : l’utilisation de pertes stop pour limiter les pertes ; le maintien du montant de l’effet de levier à des niveaux gérables ; et l’emprunt sur un portefeuille diversifié pour réduire la probabilité d’un appel de marge, qui est beaucoup plus élevé avec une seule action.

     

    8. Le niveau total de la dette sur marge a-t-il un impact sur la volatilité du marché ?

    Un niveau élevé de dette sur marge peut exacerber la volatilité du marché. Lors de fortes baisses du marché, les clients sont obligés de vendre des actions pour répondre aux appels de marge. Cela peut conduire à un cercle vicieux, dans lequel une pression de vente intense fait baisser le prix des actions, ce qui déclenche d’autres appels de marge, et ainsi de suite.

     

    9. Conclusion

    Un appel de marge se produit lorsqu’un compte sur marge est à court de fonds, généralement en raison d’une transaction perdante.

    Les appels de marge sont des demandes de capitaux ou de titres supplémentaires pour porter un compte sur marge au niveau de la marge minimale de maintien.

    Les courtiers peuvent obliger les traders à vendre des actifs, quel que soit le prix du marché, pour répondre à l’appel de marge si le trader ne dépose pas de fonds.

    Étant donné que les ventes à découvert ne peuvent être effectuées que sur des comptes sur marge, des appels de marge peuvent également se produire lorsqu’une action augmente et que les pertes commencent à s’accumuler sur les comptes qui ont vendu l’action à découvert.