Principes de fonctionnement et utilisation des vagues d’Elliott

vagues d'Elliott

Les vagues d’Elliott constituent une méthode qui s’est vraiment popularisée au travers de grandes crises ayant incité tous les intervenants à écouter les gourous de la finance, parmi lesquelles se trouvait Robert PRECHTER, une référence mondiale spécialiste des vagues d’Elliott. Il a en effet étudié cette théorie depuis des dizaines d’années et ses recherches lui ont permis d’éviter de tomber dans l’oubli. En effet, la popularité de ces stratégies s’est surtout accentuée avec quelques-unes de ses publications, notamment de l’ouvrage Elliott Wave Principle en 1978, ainsi que ses analyses qui ont été publiées dans la revue The Elliott Wave Theorist depuis 1979.

1. Principes de base de la théorie des vagues d’Elliott

L’ouvrage publié par Charles J. COLLINS intitulé The Wave Principle en 1938 basé sur les travaux de R. N. ELLIOTT, constitue une référence pour elliottistes.

Les marchés évoluent selon trois aspects fondamentaux dans la théorie des vagues d’Elliott : l’évolution des cours (configurations graphiques), les ratios et la cyclicité. Ces trois aspects sont à prendre en compte dans cet ordre précis. L’évolution des cours concerne les tendances et les mouvements de corrections. Les ratios portent sur les retracements et la fixation d’objectifs de cours. Enfin, la cyclicité doit permettre de savoir quand ces mouvements de marchés et ses retracements seront atteints. Comme décrit précédemment, la théorie des vagues d’Elliott est véritablement fondée sur la théorie de DOW, dont R. N. ELLIOTT retient l’importance de la psychologie et la référence à la mer et sur les nombres d’or et ratios de FIBONACCI qui sont le reflet d’une loi universelle de la nature.

2. Décomposition des mouvements

Les marchés évoluent selon un cycle qui se décompose en huit vagues d’Elliott: cinq vagues correspondant à des vagues de tendance (1, 2, 3, 4, 5) et trois vagues correspondant à des vagues de correction (a, b, c). Les cinq premières vagues de tendance sont elles-mêmes composées de trois vagues d’impulsion (1, 3, 5) et de deux vagues de correction (2, 4).

Partant de ce principe, toute vague de tendance est composée de cinq vagues 1, 2, 3, 4 et 5 (dont trois d’impulsion (1, 3, 5) et deux de correction (2, 4)) et toute vague de correction est composée de trois vagues a, b et c (dont deux vagues d’impulsion (a, c) et une vague de correction (b)).

Pour être plus clair, voici ce que représente un cycle de huit vagues :

vagues d’Elliott

Une phase d’impulsion est toujours composée de cinq vagues et une vague de correction est toujours composée de trois vagues. Par exemple, la vague 1 est une vague d’impulsion : elle sera composée de cinq vagues (1), (2), (3), (4) et (5). La vague 2 est une vague de correction : elle sera composée de trois vagues (a), (b) et (c).

Voici un exemple :

théorie de décomposition

En d’autres termes, toute vague d’impulsion comprend des vagues d’impulsion et de correction qui, elles-mêmes, comprendront également d’autres vagues d’impulsion et de correction : c’est le principe de géométrie fractale énoncé précédemment. En observant attentivement ce cycle de huit vagues, il est possible de remarquer qu’elles se subdivisent en 34 sous-vagues (5 vagues majeures d’impulsion multipliées par 5 vagues mineures d’impulsion + trois vagues majeures de correction multipliées par 3 vagues mineures de correction). Or 34 est un nombre de FIBONACCI. Pour aller plus loin, la subdivision des 34 vagues en sous-vagues donnera 144 sous-vagues (autre nombre de FIBONACCI). Ce cycle complet représente parfaitement un nombre de la suite de FIBONACCI : 144 vagues, 34 vagues, 8 vagues, 5 vagues, 3 vagues, etc. Pour décomposer les vagues en cinq pour les vagues d’impulsion et en trois pour celles de correction, il convient d’identifier la tendance.

Si les vagues de correction se forment dans une tendance haussière (voir théorie de DOW), il s’agira de simples vagues de correction (formé par 3 vagues). Les vagues d’impulsion, composées de cinq vagues de degré inférieur, constituera le premier le mouvement haussier (I). Si en revanche, les vagues de correction se font dans une tendance baissière, elles seront alors composées de cinq vagues d’impulsion baissières, une phase de rebond à trois vagues et à nouveau cinq vagues d’impulsion baissières. Ces trois phases correspondront au mouvement de correction de la phase de degré supérieur (II). Rappelons quand même qu’une correction est un mouvement qui se produit dans le sens contraire de la tendance. Ci-dessous un exemple.

décomposition en vagues

Plus prosaïquement, toute phase de correction dans une tendance haussière sera composée de trois vagues (correction) et toute phase de correction dans une tendance baissière sera dotée de cinq vagues (impulsion). A l’inverse, toute phase de hausse dans une tendance haussière sera composée de cinq vagues (impulsion) et toute phase de rebond dans une tendance baissière sera dotée de trois vagues (correction). Ainsi, observer une phase de correction en cinq vagues dans un bull market est impossible. Il s’agit sans doute de la première vague de tendance baissière.
Cette décomposition en vagues d’Elliott peut s’appliquer sur des échelles de temps très larges : du Grand supercycle qui peut aller jusqu’à deux-cents ans, au cycle mineur qui peut ne représenter que quelques heures. Mais ce qu’il faut retenir par-dessus tout, est que le cycle de huit vagues se produit indépendamment du cycle temporel. Autrement dit, il se produit tout le temps, peu importe l’échelle de temps étudié.
Pour déterminer quel mouvement représente quelle vague, il faut savoir ce que chaque vague représente, autrement dit leur personnalité.

3. Psychologie des vagues d’Elliott

Vagues 1
Il est généralement très difficile d’identifier une vague 1, notamment du fait qu’elle soit souvent interprétée comme étant un simple rebond. Elle fait en principe suite à une très forte tendance baissière. Elles sont courtes et rapides : il arrive parfois qu’elles se décomposent en seulement trois vagues au lieu de cinq (cas rare), même si c’est une vague d’impulsion. D’où la difficulté de l’interpréter. C’est à ce moment-là que les plus initiés, aussi appelés « astucieux » accumulent leurs positions. La théorie de DOW affirmait qu’ils disposaient d’informations privilégiées qui leur permettaient d’anticiper avant les autres.

Vagues 2
Les vagues 2 sont généralement assez violentes. Elles corrigent la vague 1 de manière assez prononcée, ce qui tend à faire penser à une reprise de la tendance baissière (donc à une vague C). Cette vague 2 peut parfois même corriger jusqu’à presque 100 % du mouvement de la vague 1, sans toutefois pouvoir corriger davantage (cela invaliderait ce scénario selon lequel il s’agissait d’une vague 2). Il est alors possible d’observer une configuration graphique en double-bottom (dans le cas d’un mouvement bull), ou en double-top (dans le cas d’un mouvement bear).

Vagues 3
Les vagues 3 constituent indubitablement le mouvement principal. Elles durent en général plus longtemps et sont plus dynamiques que les autres vagues (extensions). Elles ne sont jamais les plus courtes. C’est dans les vagues 3 qu’interviennent la majorité des intervenants (professionnels et public initié), qui sont alors qualifiés de « suiveurs ». Cet engouement se confirme alors par une reprise du volume qui vient confirmer la qualité du mouvement.

Vagues 4
Elles sont par principe moins significatives que les vagues 2 en termes de correction. Elles viennent consolider le marché mais évoluent cependant de manière plus ou moins complexe, avec notamment le principe d’alternance qui sera développé dans la prochaine sous-partie. Cette correction des cours ne peut jamais retracer à 100 % la vague 3 et à plus forte raison, ne doit jamais enfoncer le sommet de la vague 1 (dans une tendance haussière) ou le creux de la vague 1 (dans une tendance baissière).

Vagues 5
La vague 5 est une vague de fin de tendance qui est en général peu dynamique (moins dynamique que la vague 3), qui dure assez longtemps et qui permet au marché d’atteindre un nouveau plus haut, même si cela n’est pas toujours vrai : c’est le phénomène de distribution développé précédemment qui est en marche. Les petits porteurs entrent en position alors que les « astucieux » distribuent leurs positions pour sortir du marché. On constate alors une baisse du volume et le marché peine à atteindre un nouveau sommet (pour une tendance haussière) ou un nouveau creux (pour une tendance baissière). Les vagues 5 connaissent quelques fois un phénomène d’extension. Les extensions seront développées dans la prochaine sous-partie.

Vagues A
Tout comme pour la vague 1, il est assez complexe d’interpréter les vagues A qui peuvent être perçues comme une simple phase de correction technique. La vague A doit par conséquent être composée de cinq sous-vagues, étant donné qu’il s’agit bien d’une vague d’impulsion. Ces vagues arrivent évidemment au terme d’une tendance haussière.

Vagues B
Cette vague corrige la vague A dans de faibles volumes et il peut arriver parfois qu’elle corrige le mouvement de la vague A jusqu’à 100 %. Ce qui permet d’observer une configuration graphique en double-top (pour un mouvement baissier) ou double-bottom (pour un mouvement haussier). Elles ont un comportement similaire à la vague 2.

Vagues C
Les vagues C ont un comportement assez similaire aux vagues 3. Il est en conséquence très difficile de les interpréter. En effet, elles sont en général assez longues avec une reprise du volume. Ce qui reflète véritablement les caractéristiques des vagues 3. Sommes-nous entrés dans un réel marché baissier ou sommes-nous simplement dans une phase de correction efficace dans un marché haussier (voir schéma n°1 et 2).

Robert Prechter
nombre d'or

Conclusion

La compréhension ainsi que l’assimilation de la personnalité et de la psychologie intervenant dans chacune des vagues d’Elliott est primordiale pour mieux les interpréter. Il est cependant peu judicieux de s’en tenir seulement à cet aspect des vagues, sans tenir compte de la dynamique et des règles qui les composent. La prise en compte de l’ensemble de ces éléments habilitera l’intervenant à adopter un comportement digne des plus grands elliottistes.

Notre précédent article sur des découvertes de Leonardo FIBONACCI vous aidera à mieux comprendre et interpréter les vagues d’Elliott.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *