Vente à découvert : c’est quoi

    Vente à découvert

    On parle de vente à découvert lorsqu’un investisseur emprunte un titre et le vend sur le marché libre, en prévoyant de le racheter plus tard à un prix inférieur. Les vendeurs à découvert parient sur une baisse du prix d’un titre et en profitent. Ils s’opposent aux investisseurs à long terme qui souhaitent que le prix augmente. La vente à découvert présente un rapport risque/récompense élevé : Elle peut offrir de gros profits, mais les pertes peuvent s’accumuler rapidement et à l’infini en raison des appels de marge.

    1. Qu’est-ce que la vente à découvert ?

    La vente à découvert est une stratégie d’investissement ou de négociation qui consiste à spéculer sur la baisse du cours d’une action ou d’un autre titre. Il s’agit d’une stratégie avancée qui ne doit être utilisée que par des traders et des investisseurs expérimentés.

    Les traders peuvent utiliser la vente à découvert à des fins de spéculation, et les investisseurs ou les gestionnaires de portefeuille peuvent l’utiliser pour se protéger contre le risque de baisse d’une position longue sur le même titre ou sur un titre connexe. La spéculation comporte la possibilité d’un risque substantiel et constitue une méthode de négociation avancée. La couverture est une opération plus courante qui consiste à placer une position compensatoire pour réduire l’exposition au risque.

    Dans la vente à découvert, une position est ouverte en empruntant des actions d’un titre ou d’un autre actif dont l’investisseur pense que la valeur va diminuer. L’investisseur vend ensuite ces actions empruntées à des acheteurs prêts à payer le prix du marché. Avant de devoir rendre les actions empruntées, le trader fait le pari que le prix continuera à baisser et qu’il pourra les acheter à un coût inférieur. Le risque de perte sur une vente à découvert est théoriquement illimité puisque le prix de tout actif peut grimper à l’infini.

     

    2. Comprendre ce mécanisme

    Wimpy, de la célèbre bande dessinée Popeye, aurait été un parfait vendeur à découvert. Le personnage était célèbre pour avoir dit qu’il “paierait volontiers mardi prochain pour un hamburger aujourd’hui”. Dans la vente à découvert, le vendeur ouvre une position en empruntant des actions, généralement auprès d’un courtier en valeurs mobilières. Le vendeur à découvert essaiera de gagner de l’argent sur l’utilisation de ces actions avant de devoir les rendre au prêteur.

    Pour ouvrir une position courte, un trader doit disposer d’un compte sur marge et devra généralement payer des intérêts sur la valeur des actions empruntées tant que la position est ouverte. En outre, la Financial Industry Regulatory Authority, Inc. (FINRA), qui applique les règles et réglementations régissant les courtiers enregistrés et les sociétés de courtage aux États-Unis, la Bourse de New York (NYSE) et la Réserve fédérale ont fixé des valeurs minimales pour le montant que le compte de marge doit maintenir – appelé marge de maintien. Si la valeur du compte d’un investisseur tombe en dessous de la marge de maintien, des fonds supplémentaires sont nécessaires, ou la position peut être vendue par le courtier.

    Pour clôturer une position courte, un trader rachète les actions sur le marché – si possible à un prix inférieur à celui auquel il a emprunté l’actif – et les rend au prêteur ou au courtier. Les traders doivent tenir compte des intérêts facturés par le courtier ou des commissions prélevées sur les transactions.

    Le processus de localisation des actions qui peuvent être empruntées et de leur restitution à la fin de la transaction est géré en coulisses par le courtier. L’ouverture et la clôture de la transaction peuvent se faire par le biais des plateformes de négociation habituelles de la plupart des courtiers. Cependant, chaque courtier a des conditions à remplir avant d’autoriser la négociation sur marge.

    La raison la plus courante de la vente à découvert est la spéculation, par opposition à la couverture. Une stratégie d’investissement peut être classée comme investissement ou spéculation. Deux paramètres le définissent :

    • Le degré de risque pris dans la transaction
    • L’horizon temporel de la transaction

    L’activité de couverture d’un investissement est considérée comme moins risquée que la négociation à des fins de spéculation, car elle est généralement menée sur un horizon à plus long terme. En raison des risques supplémentaires liés à la vente à découvert, celle-ci est généralement réalisée sur un horizon temporel plus court et est donc plus susceptible d’être une activité de spéculation.

     

    3. La vente à découvert pour faire du profit

    Imagine un trader qui pense que le cours de l’action XYZ – qui se négocie actuellement à 50 euros va baisser au cours des trois prochains mois. Il emprunte 100 actions et les vend à un autre investisseur. Le trader est maintenant “à découvert” de 100 actions puisqu’il a vendu quelque chose qu’il ne possédait pas mais qu’il avait emprunté. La vente à découvert n’a été possible qu’en empruntant les actions, ce qui n’est pas toujours possible si l’action est déjà fortement vendue à découvert par d’autres traders.

    Une semaine plus tard, la société dont les actions ont été vendues à découvert publie des résultats financiers catastrophiques pour le trimestre, et l’action tombe à 40 euros. Le trader décide de fermer la position courte et achète 100 actions à 40 euros sur le marché libre pour remplacer les actions empruntées. Le bénéfice du trader sur la vente à découvert, à l’exclusion des commissions et des intérêts sur le compte sur marge, est de 1 000€ : (50€ – 40€ = 10€ x 100 actions = 1 000€).

     

    4. Vente à découvert à perte

    En reprenant le scénario ci-dessus, supposons maintenant que le trader n’a pas liquidé sa position courte à 40 euros mais a décidé de la laisser ouverte pour profiter d’une nouvelle baisse du cours. Cependant, un concurrent s’empresse d’acquérir la société avec une offre de rachat de 65 euros par action, et l’action s’envole. Si le trader décide de clôturer la position courte à 65€, la perte sur la vente à découvert sera de 1 500€ : (50€ – 65€ = -15€ x 100 actions = perte de 1 500€). Ici, le trader a dû racheter les actions à un prix nettement supérieur pour couvrir sa position.

     

    5. La vente à découvert comme couverture

    Outre la spéculation, la vente à découvert a un autre objectif utile : la couverture, souvent perçue comme l’avatar moins risqué et plus respectable de la vente à découvert. L’objectif premier de la couverture est la protection, par opposition à la pure motivation de profit de la spéculation. La couverture est entreprise pour protéger les gains ou atténuer les pertes d’un portefeuille, mais comme elle a un coût important, la grande majorité des investisseurs particuliers ne l’envisagent pas en temps normal.

    Les coûts de la couverture sont de deux ordres. Il y a le coût réel de la mise en place de la couverture, comme les dépenses associées aux ventes à découvert ou les primes payées pour les contrats d’options de protection. Il y a aussi le coût d’opportunité qui consiste à limiter la hausse du portefeuille si les marchés continuent de progresser. À titre d’exemple, si 50% d’un portefeuille étroitement corrélé à l’indice S&P 500 (S&P 500) est couvert et que l’indice augmente de 15% au cours des 12 prochains mois, le portefeuille n’enregistrera qu’environ la moitié de ce gain, soit 7,5 %.

     

    6. Avantages et inconvénients

    La vente à découvert peut être coûteuse si le vendeur se trompe sur l’évolution du cours. Un trader qui a acheté des actions ne peut perdre que 100% de sa mise de fonds si l’action tombe à zéro.

    En revanche, un trader qui a vendu des actions à découvert peut perdre bien plus que 100% de son investissement initial. Le risque vient du fait que le prix d’une action n’a pas de plafond, il peut monter “à l’infini et au-delà”, pour reprendre l’expression d’un autre personnage de bande dessinée, Buzz l’éclair. En outre, tant que les actions sont détenues, le trader doit alimenter le compte sur marge. Même si tout se passe bien, les traders doivent prendre en compte le coût de l’intérêt sur marge dans le calcul de leurs bénéfices.

    Avantages

    • Possibilité de réaliser des bénéfices élevés
    • Faible capital initial requis
    • Possibilité d’investissements à effet de levier
    • Couverture d’autres avoirs

    Inconvénients

    • Des pertes potentiellement illimitées
    • Compte sur marge nécessaire
    • Intérêt de marge encouru
    • Les ventes à découvert

    Au moment de clôturer une position, un vendeur à découvert peut avoir du mal à trouver suffisamment d’actions à acheter si beaucoup d’autres traders vendent également à découvert le titre ou si le titre est peu négocié. À l’inverse, les vendeurs peuvent être pris dans une boucle de compression des positions courtes si le marché, ou une action particulière, commence à monter en flèche.

    D’autre part, les stratégies qui présentent un risque élevé offrent également une récompense élevée. La vente à découvert ne fait pas exception. Si le vendeur prédit correctement les mouvements de prix, il peut réaliser un retour sur investissement (ROI) intéressant, principalement s’il utilise une marge pour initier la transaction. L’utilisation de la marge permet d’obtenir un effet de levier, ce qui signifie que le trader n’a pas eu besoin d’investir une grande partie de son capital au départ. Si elle est effectuée avec soin, la vente à découvert peut être un moyen peu coûteux de se couvrir, en faisant contrepoids aux autres titres du portefeuille.

    Les investisseurs débutants devraient généralement éviter la vente à découvert jusqu’à ce qu’ils aient acquis une plus grande expérience de la négociation. Cela dit, la vente à découvert par le biais d’ETF est une stratégie un peu plus sûre en raison du risque plus faible d’une compression des positions à découvert.

     

    7. Risques supplémentaires

    Outre le risque mentionné précédemment de perdre de l’argent sur une transaction en raison de la hausse du cours d’une action, la vente à découvert comporte des risques supplémentaires que les investisseurs doivent prendre en considération.

    La vente à découvert utilise de l’argent emprunté

    La vente à découvert est connue sous le nom d’opération sur marge. Lorsque tu vends à découvert, tu ouvres un compte sur marge, ce qui te permet d’emprunter de l’argent à la société de courtage en utilisant ton investissement comme garantie. Comme dans le cas d’une position longue sur marge, les pertes peuvent facilement devenir incontrôlables car tu dois respecter l’exigence de maintien minimum de 25%. Si ton compte tombe en dessous de ce seuil, tu feras l’objet d’un appel de marge et seras contraint d’injecter davantage de liquidités ou de liquider ta position.

    Mauvais timing

    Même si une entreprise est surévaluée, il est concevable que le cours de son action mette un certain temps à baisser. Dans l’intervalle, tu es vulnérable aux intérêts, aux appels de marge et aux retraits.

    La pression de la vente à découvert

    Si une action fait l’objet d’une vente à découvert active, avec un flottant et un ratio jours/couverture élevés, elle risque également de subir une compression des positions à découvert. Une compression des positions courtes se produit lorsqu’une action commence à augmenter et que les vendeurs à découvert couvrent leurs transactions en rachetant leurs positions courtes. Ce rachat peut se transformer en une boucle de rétroaction. La demande d’actions attire davantage d’acheteurs, ce qui pousse le titre à la hausse et incite encore plus de vendeurs à découvert à racheter ou à couvrir leurs positions.

    Risques liés à la réglementation

    Les régulateurs peuvent parfois imposer des interdictions sur les ventes à découvert dans un secteur spécifique, ou même sur l’ensemble du marché, afin d’éviter la panique et les pressions de vente injustifiées. De telles mesures peuvent provoquer une flambée soudaine du cours des actions, obligeant le vendeur à découvert à couvrir ses positions à découvert en subissant d’énormes pertes.

    Aller à l’encontre de la tendance

    L’histoire a montré qu’en général, les actions ont une tendance à la hausse. À long terme, le prix de la plupart des actions augmente. D’ailleurs, même si une entreprise s’améliore à peine au fil des ans, l’inflation ou le taux d’augmentation des prix dans l’économie devrait faire monter quelque peu le cours de ses actions. Cela signifie que la vente à découvert consiste à parier contre la direction générale du marché.

     

    8. Coût

    Contrairement à l’achat et à la détention d’actions ou d’investissements, la vente à découvert implique des coûts importants, en plus des commissions de négociation habituelles qui doivent être payées aux courtiers. Certains de ces coûts comprennent :

    Intérêt sur marge

    Les intérêts sur marge peuvent représenter une dépense importante lorsque tu trades des actions sur marge. Étant donné que les ventes à découvert ne peuvent être effectuées que par le biais de comptes sur marge, les intérêts à payer sur les transactions à découvert peuvent s’accumuler au fil du temps, surtout si les positions à découvert restent ouvertes pendant une longue période.

    Coûts d’emprunt d’actions

    Les actions qu’il est difficile d’emprunter – en raison d’un intérêt élevé pour les ventes à découvert, d’un flottant limité ou pour toute autre raison – sont assorties de frais d’emprunt qui peuvent être très élevés. Ces frais sont basés sur un taux annualisé qui peut aller d’une petite fraction d’un pour cent à plus de 100 % de la valeur de la transaction à découvert et sont calculés au prorata du nombre de jours pendant lesquels la transaction à découvert est ouverte.

    Comme le taux d’emprunt difficile peut fluctuer considérablement d’un jour à l’autre et même sur une base intraday, le montant exact des frais peut ne pas être connu à l’avance. La commission est généralement prélevée par le courtier sur le compte du client à la fin du mois ou à la clôture de la transaction à découvert, et si elle est importante, elle peut réduire considérablement la rentabilité d’une transaction à découvert ou aggraver les pertes.

    Dividendes et autres paiements

    Le vendeur à découvert est responsable du paiement des dividendes sur l’action à découvert à l’entité à laquelle l’action a été empruntée. Le vendeur à découvert est également tenu d’effectuer des paiements au titre d’autres événements associés à l’action à découvert, tels que les divisions d’actions, les scissions et les émissions d’actions gratuites, qui sont tous des événements imprévisibles.

     

    9. Conditions idéales d’application de la vente à découvert

    Le timing est crucial lorsqu’il s’agit de vente à découvert. Les actions baissent généralement beaucoup plus vite qu’elles ne progressent, et un gain important sur une action peut être effacé en quelques jours ou semaines à la suite d’un manque à gagner ou d’une autre évolution baissière. Le vendeur à découvert doit donc choisir le moment de la transaction à découvert presque à la perfection. Entrer dans la transaction trop tard peut entraîner un énorme coût d’opportunité en termes de profits perdus, puisqu’une grande partie de la baisse de l’action peut déjà avoir eu lieu.

    D’autre part, si tu entres dans la transaction trop tôt, il peut être difficile de conserver la position courte en raison des coûts impliqués et des pertes potentielles, qui monteraient en flèche si le titre augmente rapidement.

    Il y a des moments où les chances de réussite de la vente à découvert s’améliorent, comme dans les cas suivants :

    Pendant un marché baissier

    La tendance dominante d’un marché boursier ou d’un secteur est à la baisse pendant un marché baissier. Les traders qui croient que “la tendance est ton amie” ont donc plus de chances de réaliser des ventes à découvert rentables pendant un marché baissier bien établi que pendant une phase haussière forte. Les vendeurs à découvert se délectent des environnements où le déclin du marché est rapide, large et profond – comme le marché baissier mondial de 2008-09 – car ils ont la possibilité de réaliser des profits exceptionnels dans ces périodes.

    Lorsque les fondamentaux de l’action ou du marché se détériorent

    Les fondamentaux d’une action peuvent se détériorer pour un certain nombre de raisons : ralentissement de la croissance des revenus ou des bénéfices, défis croissants pour l’entreprise, augmentation des coûts des intrants qui exercent une pression sur les marges, etc. Pour le marché au sens large, la détérioration des fondamentaux peut se traduire par une série de données plus faibles indiquant un possible ralentissement économique, des développements géopolitiques défavorables tels que la menace d’une guerre, ou des signaux techniques baissiers tels que l’atteinte de nouveaux sommets sur un volume en baisse, la détérioration de la largeur du marché.

    Les vendeurs à découvert expérimentés peuvent préférer attendre que la tendance baissière soit confirmée avant d’effectuer des transactions à découvert, plutôt que de le faire en prévision d’un mouvement à la baisse. Cela s’explique par le risque qu’une action ou un marché puisse suivre une tendance à la hausse pendant des semaines ou des mois malgré la détérioration des fondamentaux, comme c’est généralement le cas dans les dernières phases d’un marché haussier.

    Les indicateurs techniques confirment la tendance baissière pour une bonne vente à découvert

    Les ventes à découvert peuvent également avoir une plus grande probabilité de succès lorsque la tendance baissière est confirmée par plusieurs indicateurs techniques. Ces indicateurs peuvent inclure une rupture en dessous d’un niveau de soutien clé à long terme ou un croisement de moyennes mobiles baissières comme le “croisement de la mort”. Un exemple de croisement baissier de la moyenne mobile se produit lorsque la moyenne mobile à 50 jours d’une action passe sous sa moyenne mobile à 200 jours. Une moyenne mobile est simplement la moyenne du prix d’une action sur une période donnée. Si le cours actuel casse la moyenne, à la baisse ou à la hausse, cela peut signaler une nouvelle tendance du cours.

    Les valorisations atteignent des niveaux élevés dans un contexte d’optimisme débridé

    Parfois, les valorisations de certains secteurs ou du marché dans son ensemble peuvent atteindre des niveaux très élevés dans un contexte d’optimisme débridé quant aux perspectives à long terme de ces secteurs ou de l’économie en général. Les professionnels du marché appellent cette phase du cycle d’investissement “le prix de la perfection”, car les investisseurs seront invariablement déçus à un moment donné lorsque leurs attentes élevées ne seront pas satisfaites. Plutôt que de se précipiter sur le côté court, les vendeurs à découvert expérimentés peuvent attendre que le marché ou le secteur se retourne et entame sa phase de baisse.

    John Maynard Keynes était un économiste britannique influent dont les théories économiques sont encore utilisées aujourd’hui. Cependant, Keynes a été cité disant : “Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable”, ce qui est particulièrement approprié à la vente à découvert. Le moment optimal pour la vente à découvert est celui où il y a une confluence des facteurs ci-dessus.

     

    10. En conclusion

    La vente à découvert est parfois critiquée, et les vendeurs à découvert sont considérés comme des opérateurs impitoyables qui cherchent à détruire des entreprises. Cependant, la réalité est que la vente à découvert apporte de la liquidité aux marchés, c’est-à-dire un nombre suffisant de vendeurs et d’acheteurs, et qu’elle peut contribuer à empêcher les mauvaises actions de s’envoler sous l’effet du battage médiatique et d’un optimisme excessif. Les bulles d’actifs qui perturbent le marché sont la preuve de cet avantage. Les actifs qui conduisent à des bulles, comme le marché des titres adossés à des créances hypothécaires avant la crise financière de 2008, sont souvent difficiles ou presque impossibles à vendre à découvert.

    La vente à découvert est une source légitime d’informations sur le sentiment du marché et la demande d’une action. Sans ces informations, les investisseurs peuvent être pris au dépourvu par des tendances fondamentales négatives ou des nouvelles surprenantes.

    Malheureusement, la vente à découvert a mauvaise réputation en raison des pratiques employées par des spéculateurs sans scrupules. Ces types peu scrupuleux ont utilisé des stratégies de vente à découvert et des produits dérivés pour faire baisser artificiellement les prix et mener des “raids baissiers” sur des actions vulnérables. La plupart des formes de manipulation du marché de ce type sont illégales aux États-Unis, mais elles se produisent encore périodiquement.

    La VAD est avant tout une histoire de timing, il faut donc maîtriser l’analyse technique et savoir parfaitement gérer son risque.

     

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *